Ad99999 10 084a/fre

Aus Interlinking_Pictura
Wechseln zu: Navigation, Suche



 Schöne und merkwürdige Vögel


Ad99999 10 084a02.jpg


Beschreibungstext fre


Oiseaux. CXIII. Vol. X. No. 82., OISEAUX CHARMANTS ET REMARQUABLES., Fig. 1. L'Oxyrhynque à tête flamboyante. (Oxyrhynchus flammeiceps.), Cet oiseau, dont la découverte est tout récente, est caractérisé par son bec court droit, triangulaire à la base et terminé en forme d'alêne; une jolie huppe d'un ronge ponceau est le plus bel ornement de cet oiseau. Le reste du plumage est généralement vert, cependant il se trouve sur les parties infé» rïeures une quantité de taches d'un noir brunâtre et irrégulièrement triangulaires, Les pattes et le bec de cet oiseau, qui n'a que 7 pouces de long, sont d'un noir bleuâtre. Notre planche, Figure le mâle que le naturaliste autrichien Natter er se procura au Brésil., Fig. 2. Le Xenops à favoris. (Xenops genibarbis.), Cet oiseau est sortement caractérisé par la 'forme ascendante de son bec, forme qui est le partage de plusieurs oiseaux, dont la plupart îi'ont été découverts que de nos jours. La tête est d'un brun foncé et parsemée de taches plus foncées encore; le dos tire sur le rougeâtre, mais la partie inférieure est rousse ainsi que la queue qui se compose de 12 plumes et qui est arrondie en cône. La gorge et les parties insérieures sont d'un blanc jaunâtre. Il habite le Brésil, où il est même assez rare., Fig. 3. Le colibri à bec recourvé. (Trochilus recurvirostris.), Les colibris se nourrissent, non du suc mieilleux des fleurs, comme on l'a cru précédemmcnt, mais de petits insectes, qu'ils retirent avec leur langue longue et esfilée du fond des fleurs, et c'est cette circonstance qui a donné origine à cette erreur, et qui la rend très-pardonnable. On connoît maintenant jusqu'à. 80 espèces de colibris, toutes indigènes à l'Amérique; celle queFigure notre planche vit au Pérou. Le corps et tout le plumage supérieur sont d'un vert d'or; la gorge et le cou, couverts jusqu'à la poitrine de petites plumes en forme ___^d'écaillés, jouent un très-beau vert d'éineraude. Une ligne noire descend de la poitrine et se prolonge au milieu du ventre; les cuisses sont blanches; la queue est tronquée en ligne droite, les deux plumes du milieu sont d'un bleu-vertfoncé, et les autres d'un brun de cuivre soncé, mais en bas il s'y joint une riche éclat de to.pase., Fig. 4. Le Souimanga gracieux. (Nectarinia lepida), Les nectarinies sont pour les pays chauds de l'ancien monde, ce que les. colibris sont pour l'Amérique, et peuvent soutenir la comparaison avec ces derniers, tant pour la conformation et le genre de vie que pour le brillant du plumage. — Le mâle de cette jolie espèce se distingue par une bande violette, qui, partant de chaque côté du bec, se prolonge jusqu'au cou. Le dessus de la tête, la nuque et le dos sont couleur de métal et jouent le vert et le violet, et les parties insérieures sont d'un beau jaune. Cet oiseau peut avoir 4 pouces de long, mais la femelle est un peu plus petite. Il habite principalement l'île de Java et se nourrit de petits insectes et d'araignées., Fig. 5. Le Souimanga moustac. (Nectarinia mystacalis.), On ne connoît jusqu'ici que le mâle de cette jolie espèce. Les deux plumes au milieu de la queue longue et cunéiforme dépassent de beaucoup toutes les autres. Il a de chaque côté du bec une petite moustache d'un violet métallique d'un vis éclat; cette même couleur décore les plumes du croupion et de la queue et forme sur la tête une assez grande taehe; le cou, la poitrine, la gorge et le dos sont d'un très-joli ponceau, les aîles d'un gris-cendré noirâtre, le milieu du ventre est d'un beau gris, le reste du plumage insérieur blanc, le bec et les pieds roux. Cet oiseau peut avoir un peu plus de 4 pouces de long. Il habite également l'île de Java, où il se nourrit de petits insectes, mais il est surtout sriand d'araignées.